Concerts les plus recents

Duo Solea

Samedi 2 juillet

Dix cordes et deux instruments

DSC00693

Dix cordes, mais deux sons bien différents : le violoncelle et sa « voix humaine » pour Michèle Pierre et la guitare et des sons avec une tout autre énergie pour Armen Doneyan. Voilà cinq ans que le duo Solea a décidé après que Michèle et Armen se soient rencontrés sur leur lieu d’étude, au Conservatoire national de Musique de Paris, de marier leurs instruments et leurs talents alors qu’ils y affinaient leur pratique. La solea est une des formes du flamenco et donne le ton.

Ce duo a, malgré son jeune âge, été lauréat de nombreux concours internationaux, particulièrement dans le registre de la musique de chambre. Les deux interprètes ont une prédilection pour le répertoire espagnol et latino-américain. La musique classique est leur principal moyen d’expression, mais ils n’hésitent pas non plus à faire un tour du côté du folk, des musiques actuelles et du jazz. Ils font actuellement une tournée avec les Jeunesses Musicales de France avec un spectacle pour enfants : “Désacorde, péripéties à dix cordes”. Ils jouent parfois en Bourgogne mais ne sont encore jamais venus jusqu’à son extrême sud. Michèle Pierre ajoute : « Nous sommes très heureux de présenter au public de Semur, notre répertoire, parfois fougueux et dansant, parfois profond et nostalgique, et faire découvrir une association instrumentale souvent méconnue. » Les Brionnais sauront leur faire un bon accueil.

Fabienne Croze de l’Académie des Ecrivains Publics de France

Festival Siddharta.

21 et 22 mai 2016

En attendant Mendelssohn

L ensemble

Peu de monde pour trois concerts sublissimes donnés par quatre musiciens de grand talent. La violoniste Mélanie Clapiès retenue aux USA où elle poursuit son chemin artistique, n’a pu venir que le week-end dernier : ceci a modifié la visibilité du festival, toujours situé à Pentecôte. La violoniste Mélanie Clapiès et le violoncelliste Yan Levionnois, fondateurs du festival invitent des amis musiciens. Le thème tourne, en amont et en aval de l’œuvre d’un compositeur : cette fois-ci, Mendelssohn. Deux pianistes, Patrick Hemmerlé et Frédéric d’Oria-Nicolas, les accompagnaient.

Bach, Mendelssohn, Rachmaninov, Schubert… Des œuvres pour cordes, pour piano seul, piano à quatre mains… Des jeux d’une subtilité extrême, délicats, en forme de grelots de notes, cristallines comme l’eau d’un ruisseau se faisant torrent fougueux retrouvant difficilement sa sérénité… Un calme bienfaisant suit la tempête. L’esprit flotte. Des salves d’applaudissements coupent ce magnifique élan musical. Les vivats crépitent, spontanés, chaleureux
Yan et Melanie
Plus tard, les cordes s’expriment dans un murmure accompagné par le piano prenant son envol. Le violoncelle se met à l’unisson. Ils provoquent puis éteignent des passions. Le piano leur répond, les pondère…

Piano a 4 mains

Oui, ce cinquième festival créé par Mélanie et Yan a été d’une beauté incomparable et, malgré le changement de date, le temps exécrable, les Brionnais remercient ces musiciens fidèles à leur région de s’être déplacés malgré tout, sans oublier les Amis de la Collégiale qui œuvrent, inlassablement, pour sa restauration.

Fabienne Croze de l’Académie des Ecrivains Publics de France
Eglise

Grégory Perrier. 23 avril 2016

Soirée lumières,musique et chansons

Perrier 1

Une nouveauté pour la nouvelle saison musicale des Amis de la Collégiale car le public souhaitait une soirée chanson. Le chanteur, guitariste, compositeur et interprète Grégory Perrier a ouvert la saison, accompagné de Luigi Manogrosso au synthé et de Régis Perrier, son père, au son et aux lumières.

Celles-ci ont d’ailleurs habillé l’église, ses voûtes, ses piliers, ses sculptures de rouge, de bleu, de blanc… Entre les morceaux, le noir faisait ressortir les vitraux éclairés depuis la place : une beauté inouïe ! Cet éleveur et musicien a chanté l’amour et magnifié son coin d’Auvergne : les chemins, sa ferme, les bâtiments agricoles. Faisant participer le public avec Ferrat, Lenorman, Reggiani, Barbelivien, il a chanté à deux voix avec son père pour leur double anniversaire.

Perrier 2
Extrait d’un article de Fabienne Croze